Revenir en haut Aller en bas

Forum RPG mafia, vampires [& potentiellement Yaoï]. 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas de mettre à jour vos fiches rp et de réserver vos ava (:
Rejoignez-nous sur notre page Facebook ;D

Partagez|

La prison de Boucles d'Or (PV Dante)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Dante Harðarson
[Étudiant]

avatar

Messages : 256

Feuille de personnage
Relations:
Ambitions: Un jour, je serais un poney rose à paillettes argentées et je dominerais le monde !
Associés: Moi ?

MessageSujet: Re: La prison de Boucles d'Or (PV Dante) Dim 8 Jan 2012 - 18:49

(Pas 'Rave =3)

    Dante ne pouvait pas s’empêcher de regarder la glace toutes les trente secondes, enfin quand il tenait aussi longtemps, pour observer sa nouvelle coupe et couleur. Il était une vraie fille devant une glace, toujours à se regarder, à s’admirer même on pouvait dire. Non pas qu’il soit réellement narcissique, mais il aimait trop ses cheveux alors dès qu’il changeait quelque chose dessus il ne pouvait s’empêcher d’observer si il n’avait pas soudainement une mèche qui rebiquait ou un truc dans les cheveux… En plus quand ça lui allait bien, ok, il y avait une bonne pointe de narcissisme.

    Oui, Dante allait entretenir la coupe comme il l’avait toujours fait c’est à dire dans le genre saut du lit : « j’ai juste passé une main dedans pour les arranger avant de partir mais à moi ça va tellement bien ». Sauf bien sur quand il y avait des soirée ça c’était une autre histoire… Là il fallait prévoir l’heure pour être sur que tout soit bien en place… Mais bon on l’aimait comme ça le Dante (Ou pas… Mais les gens comme ça ne présentent pas grand intérêt).

    Il glissa la carte avec un léger sourire dans une poche avant de sortir son portemonnaie, un vieux machin un peu délabré à l’effigie d’un groupe du coin. Le prix que lui annonça Aliocha n’était pas si élevé que ça pour les performances du coiffeur… oui vraiment il reviendrait. Il sortit des pièces et billet qu’il posa sur le comptoir.

    -Oh bien sûr.

    Il récupéra un bout de papier et y nota ses coordonnés, même si bon l’adresse n’était pas forcément des plus exacte… Le numéro quand à lui était le bon, celui sur lequel il était en permanence joignable hormis cours, et encore… Il tendit le papier vers le roux avec un léger sourire.

    -Voici, et puis merci encore pour la coupe et la couleur. J’pense que je reviendrais un jour, ‘fin quand j’aurais à nouveau besoin de faire retailler tout ça.

    Il attendit que l’humain lui rende ça monnaie, malheureusement même s’il l’appréciait en temps qu’étudiant il n’avait pas vraiment les moyen de laisser des pourboires. Il observa du coin de l’œil le père du roux, visiblement ça ne devait pas rire tous les jours après une surveillance pareille…


    'I TASTE YOUR BLOOD SO BITTER SWEET.
    COME EASE MY PAIN GET ON YOUR KNEES.'
    Hammerfall

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 112

Feuille de personnage
Relations:
Ambitions:
Associés:

MessageSujet: Re: La prison de Boucles d'Or (PV Dante) Lun 30 Jan 2012 - 10:59

Aliocha, comme on l’a souligné déjà à plusieurs reprises, était très fier de son travail, et encore plus des réactions de Dante qui n’arrivait pas à décoller les yeux de son reflet dans les miroirs. Pour la toute petite entreprise familliale des Kouochkov, offrir une telle satisfaction à ses clients était une preuve de reconnaissance très cher à leur coeur, à tous les deux.

C’est pourquoi même s’il savait que son père désapprouvait ces styles androgynes et décalés, Aliocha espérait qu’il serait fier lui aussi de son travail et, peut-être, le récompense en fonction. Enfin le récompense... juste qu’il cesse de le surveiller comme ça, quoi. Ce serait déjà énorme! Parce que ce que Dante constatait à l’instant alors qu’il payait sa coupe, c’était ce que vivait le rouquin en permanence. Vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept, et toute l’année durant!

C’en était arrivé très vite à un point où Aliocha n’avait même plus droit à la moindre intimité. Pas de verrous à la salle de bain, ce que son père utilisait pour pouvoir entrer «accidentellement» parfois, en réalité pour vérifier rapidement que son fils n’avait pas de nouveaux piercings qu’il lui aurait caché. Un verrou à sa chambre, oui, mais qu’il n’avait pas le droit d’utiliser. Si son père entendait le bruit de la clé dans la serrure, il lui pétait une crise en lui assénant combien c’est dangereux, que si il s’évanouissait, comme dans la salle de bain d’ailleurs, il ne pourrait pas rentrer pour l’aider, etc... Pour certains c’était flippant. Pour Aliocha, c’était juste chiant... meme s’il savait que son père ne pensait pas à mal.

Aliocha rentra les coordonnées laissées par Dante dans l’ordinateur, prévoyant de les entrer plus tard sur son portable pour pouvoir discuter tranquille à l’abris du regard inquisiteur et indiscret de son père. L’homme en question fit un petit sourire, assez semblable à celui d’Aliocha, en entendant le brun leur parler de revenir. Fidéliser la clientèle ce n’était jamais simple, mais quand ils y parvenaient c’était toujours un grand plaisir.

«De rien, c’était un plaisir!» assura Aliocha, ravi.

Il lui rendit sa monnaie et le laissa partir, dans le fond beaucoup plus heureux qu’à l’ouverture du salon le matin même. Aujourd’hui il avait réussi un coup brillant: se faire un ami dans le dos de son père.

(FIN)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La prison de Boucles d'Or (PV Dante)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SLAVAVOSTOK :: LA DISCIPLINE SANS LA LIBERTÉ, C'EST LA TYRANNIE. :: Rues commerçantes :: Zolotié Zastiéjni-