Revenir en haut Aller en bas

Forum RPG mafia, vampires [& potentiellement Yaoï]. 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas de mettre à jour vos fiches rp et de réserver vos ava (:
Rejoignez-nous sur notre page Facebook ;D

Partagez|

Plâtre de Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cléopâtre Droski
[Homme à tout faire]
avatar

Messages : 16

Feuille de personnage
Relations:
Ambitions:
Associés:

MessageSujet: Plâtre de Paris Jeu 18 Oct 2012 - 15:08



-ÉTAT CIVIL-
Nom: Droski
Prénom: Inconnu
Surnom : Cléopâtre, plâtre de Paris, Plâtre
Date de Naissance: 03 Novembre 2012
Nationalité: Russe
Branche d'action: Aucune
Métier/couverture: Flic au chômage / Homme à tout faire de Cam Fields




-BIOGRAPHIE-

Il a toujours été dans un bureau. Un café à la main, un dossier dans l'autre. On ne s'intéresse pas aux histoires heureuses, les contes existent déjà pour ça. Être né de parents bienveillants, n'avoir manqué de rien n'attire plus les foules.
Ce qui faisait briller le flic n'était pas souvenance douloureuse d'une enfance violée, non. Ça avait quelque chose de plus profond, de plus stigmatique : la volonté de faire le bien.

Elle l'avait saisie, comme une bête vertébrale et l'avait entraîné dans les recoins les plus reculés de l'infamie humaine. Il s'était engagé dans la police comme on épouse une amante ; passionné et désireux. Puis en était ressorti fatigué et esquinté.

Il faisait bien son job, trop bien même. Flirtant sans cesse avec la pègre, il allait plus loin que ses collègues. Là où tous stoppaient tous comme des chevaux devant un obstacle.
Mais ça usait, lentement, jusqu'à la corde.

Alors le paladin avait commencé à se faire tenir debout par d'autres moyens.
Un peu de MD le soir, quand les dossiers ne sortaient plus de son cortex. Un peu d’ecstasy le matin, quelques rails de coke pour mieux courir pendant les poursuites.

Davantage, il avait un petit cheval de bataille qu'il travaillait même dans son petit appartement miteux. Depuis le jour où il avait retrouvé le cadavre refroidi d'un prostitué dans une ruelle, il n'avait eu qu'un seul but.

Exploser le crane de tous les proxénètes de la ville.

Le métal hurlant de son flingue n'avait pourtant jamais servi. Il préférait user des rouages puissants de la justice. Et très souvent, il foutait des macs derrière les verrous. Là où ils pouvaient à loisir subir le sort de leurs protégés.

Et le soir il dormait bien avec un petit pétard.

Il n'y avait pas de fric dans cette ville, et les salaires volaient bas. Il travaillait trop et claquait dans la dope. Toujours caché, de peur qu'on aperçoive un flic consommer.
Mais il n'y avait jamais personne pour l’emmerder, les dealers l’accueillaient à bras ouverts.
Ils avaient leurs petits arrangements.
Il n'avait jamais arrêté un de ses fournisseurs et ses derniers pullulaient dans la rue.

Un petit monde parfait dans la pourrie Slavavostok.

Jusqu'à l'affaire de trop. Jusqu'au soir où, coké jusqu'à l'os, bébé flic explosa gaiement la gueule d'un papa-putes.
Un peu trop important pour que les choses se passent sans complication.

Il avait suffit d'une petite semaine pour que des photos de son appartement parviennent à ses supérieurs. Quelques minutes pour que ses collègues le plaquent sur une table en acier et lui enfoncent une aiguille dans le bras pour faire une prise de sang.

Et quelques heures pour que le résultat revienne positif.

On chassa le junky des ordres et on le renvoya dans l'enfer de son appartement.
Les quatre murs devinrent son cercueil. Fou, incapable d'accepter son échec, recherché par la mafia qui frappait à sa porte et par les gorilles qui attendaient devant sa fenêtre pour lui casser la gueule.

Et puis ses anciens alliés ne voulaient plus rien lui vendre. Pas au tueur de potes.
Et puis, il y avait eu des ordres d'en haut.

Plus jamais en Slavavostok. 
Plus de doses pour le flic qui tue les potes.


Ne reste que le pire.
Alors tu voulais t'oublier mon petit ?
Et bien bouffe.
Une aiguille contre un canon n'est ce pas ?

L'héroïne était la pire. Pas aussi dévastatrice que la Kroko, elle rendait dépendant sur tous les plans. Et hélas, dans sa mère Russie, cette drogue ne coûtait rien. Le gramme de marron valait moins que le quart de coke. On pouvait la tester sur place et elle ne laissait aucune évasion possible. Elle clouait au lit avec la force d'un amant trop pressé, elle explosait les cranes et assurait l'évanouissement de la conscience.

Mais l'argent vint à manquer.
Plus un sou. Pire que la mafia, la créance attaqua l'infortuné aux reins.

Jusqu'à ce qu'il arrive ; Cam Fields. On lui avait conseillé ce type, perdu dans son appartement trop grand. Il était légèrement moins cher.
Le flic déchu hésita longtemps avant d'y aller, certain d'y trouver la merde.

Ce soir là faisait trop mal, son corps se tordant en vrille.
Il avait sonné vers minuit.
Et un sourire de trente deux dents lui avait répondu.

C'était un simple deal. Cam fournissait son nouvel ami si ce dernier lui rendait de menu services comme le ménage ou mettait ses qualités de flic à son service.
Coincé dans son propre squelette, il n'hésita pas une seconde.

Et il prit son premier fix sur le carrelage d'une salle de bain trop grande et trop propre.
Et Cam qui regardait, passionné par l'aiguille qui entamait la peau, s'amusa de sa trop grande culture.

« Tu devrais t'appeler Cléopâtre. Qui se suicide au poison » 

Et IL devient Cléopâtre.
Cléopâtre mordu par l'aspic.


-DESCRIPTION MORALE-

Il est vif l'animal, un peu souffreteux. Une araignée tactile qui se balance dans le piège de sa propre toile. Les os respirent, vivent, sous la peau de cire. C'est Cléopâtre dans toute sa splendeur. Il y a dans le regard violacé toute la rage du corps confiné, de l'esprit attaqué.
Depuis qu'il n'est plus flic, c'est une coquille vide qui baragouine.Un drogué banal qui arpentent les rues sombres.
C'est dur de s'oublier hein ? Quand resurgissent les fantômes d'un passé glorieux, il se sent blessé au flanc, lacéré sur sa croix.
Mais il n'y a pas de repentir pour cette engeance là, pas assez bénie des cieux.

Alors Cléopâtre, souffre, en silence, contentieux intérieur. On ne dirait rien quand on voit son aisance de langage, quand on sent la colère sourde qui pulse. Mais il y a toujours cette perle tenace, de diamant noir qui déchire les chairs.

Purulent jusqu'à l’infâme.

Et maintenant qu'il y a Cam Fields, les choses se sont précitées. Maintenant que la dope est facile.

Sauf que Cléopâtre n'arrive pas à se tenir suffisamment. Il reste quelque chose en son cœur de dur et de distinct. Un souvenir de paladin né pour le bien.
C'est fatiguant de se savoir si profond dans une échelle sociale adorée. De n'être finalement pas plus qu'une pute, de celles qu'on sauve dans les heures obscures.

Cléopâtre c'est ça. C'est l'héroïne, beaucoup trop. C'est la fumée de l'opium qui monte des lèvres entrouvertes.
Et surtout, Cléopâtre, c'est le flic.
C'est son âme.

Dépossédé de son corps. Il n'est plus que ça.
Une âme.
Philosophie du personnage : Le droit de ne pas réfléchir est l’un des premiers de l’homme adulte.


-DESCRIPTION PHYSIQUE-

Les pleins et déliés de cette silhouette volatile. Comme j’aime à regarder la grâce de tes os vides, qui dansent sous ta peau, l’arachnéenne position de tes doigts sur tes hanches qui s’évadent de l’harmonie de ton squelette. La voile d’un bateau sur sa trame, portée par le vent, épousant les moindres aspérités de sa construction.
Une goélette, parfois, quand ce tord ton corps dans les soupirs d’une soirée de famine.
S’il y avait beauté dans le creux de ces orbites creuses, surement ne résiderait-elle pas dans les déliés de son anatomie mais bien dans les pleins qui survivent au temps.

Car il y a dans ce corps tout le paradoxe de l’effroi. Le non-dit d’une vérité gueulée, l’extatique survivance d’une âme sur le déclin.

Ah, le miroir poli de ton regard Cléopâtre. Plante vénéneuse née de la mort. L’aimable visage. La peau bronzée qui cache et qui rapièce. La blondeur salvatrice de ses cheveux qui s’animent de concert pour entourer la surface franche d’une mâchoire. La profondeur d’une bouche et de lèvres pâles, la blancheur méthodique de tes dents en salive, et l’arête du nez droit.

Le visage de centaine, l’apparat de la jeunesse sans pouvoir y lire la réalité d’une beauté appréciable. Trop courbé l’animal, trop sauvage dans ses gestes lents, trop agités, trop nerveux dans la fulgurance de ses réactions. Pas assez docile, trop pressé de vivre pour être beau. Juste laissé à la portance de sa propre existence, gentil petit espion qui travaille à la sève, porteur d’espérance.
Si commun s’il n’y avait pas eu le bleu de ce regard qui vrille, qui tranche plus que la signature de ces os apparents. Bleu contre rouge. Offre-moi tes cernes, violacés par le temps, elles te rendent humain.
Elles te rendent… mortel.
Taille: 1m80
Poids:62kg




Hors RP

-OTHER-

-CRÉDITS AVATAR: Inconnu
-FRÉQUENCE DE VOTRE PRÉSENCE: Régulière
-COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT SLAVAVOSTOK? Par le bouche à oreille
-DES SUGGESTIONS? (: Nop!



Dernière édition par Cléopâtre Droski le Sam 20 Oct 2012 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cléopâtre Droski
[Homme à tout faire]
avatar

Messages : 16

Feuille de personnage
Relations:
Ambitions:
Associés:

MessageSujet: Re: Plâtre de Paris Sam 20 Oct 2012 - 13:58

Et voila, fiche finie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
[Admin Fondateur]
avatar

Messages : 158

MessageSujet: Re: Plâtre de Paris Sam 20 Oct 2012 - 20:39

Ouuuh désolé du retard, tu es validé /o/ Bon rp parmi nous (:

EDIT: Pourquoi Plâtre de Paris? :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://slavavostok.forumactif.com
Cléopâtre Droski
[Homme à tout faire]
avatar

Messages : 16

Feuille de personnage
Relations:
Ambitions:
Associés:

MessageSujet: Re: Plâtre de Paris Sam 20 Oct 2012 - 22:51

C'est une référence au film "the spirit" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plâtre de Paris

Revenir en haut Aller en bas

Plâtre de Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SLAVAVOSTOK :: AVANT DE COMMENCER :: Présentations :: Fiches validées :: Humains-